Artistes / SCHIAVETTA Beppe

Artiste-schiavetta-topAprès avoir expérimenté les matériaux les plus divers (bois, fils d’étain ou de cuivre, verres et miroirs, et même boue ou plâtre) sur lesquels il peignait à l’acrylique aquarellée, Beppe Schiavetta découvre au début des années 90 les vertus du carton-bois. Ce matériau très particulier, fabriqué en Autriche, s’avère à la fois léger et résistant et propice au travail plastique de l’artiste.

Ses superpositions de déchirures, collées sur la toile, peintes, parfois gravées, suggèrent dans leurs épaisseurs  les failles, les aspérités de la roche, toute une architectonique de la pierre soudain mise à découvert.

Le résultat est étonnant, donnant une profondeur inédite à ce qui n’est déjà plus seulement de la peinture. Ainsi en est-il de ses « Totems », ou stèles, qui, confirmant l’aspect tridimensionnel du travail de Schiavetta, ouvrent sur une dimension plus clairement sculpturale, « signes dans l’espace », mais encore exploration sans fin de l’existence humaine, de la vie, et de ses rapports avec la nature.

Souvent, à la surface, se dessinent des silhouettes, formes humaines ou animales, comme témoins d’une présence puissante et un peu mystérieuse de la vie au cœur de la pierre, d’une beauté qui n’aurait pas encore révélé son secret…

L’œuvre de Beppe Schiavetta porte en elle une dimension pariétale, dans laquelle l’artiste reconnaît l’expression d’un questionnement sur l’essence de l’homme et sur son histoire. Ses œuvres sont comme les parois de quelque grotte imaginaire, sur lesquelles il inscrirait l’essentiel : notre pouvoir et nos limites.

Une œuvre riche et profonde, aux confins de la géologie, de l’histoire, de la philosophie et de la poésie.

Né à Savone en 1949, Beppe Schiavetta a étudié au Liceo Artistico de Savone puis à l’Académie  Albertine des Beaux-Arts de Turin, dont il sortit Lauréat.

Son œuvre a été exposée partout en Europe depuis 1982, en Italie bien sûr, à Pise, Gênes, Rome, Milan ou Florence mais aussi aux Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique, en Suisse, et en France, notamment à Vallauris (en 1990, 1992, 1995, 1998), à Tours, Nice, Cannes ou à Paris, comme à l’occasion d’une exposition sur « La traversée de Christophe Colomb » au Centre Georges Pompidou.

Ses œuvres sont entrées dans de nombreuses collections publiques en Italie.

Il a également participé à l’édition de plusieurs ouvrages contenant des œuvres originales comme « Philosophies par terre » en 1990, en collaboration avec Théodore Koenig, époque à laquelle il donna des conférences à l’Université de la Villa Colombella en Italie.

Aujourd’hui, il vit et travaille à Cortemilia, petite ville du Piémont.

Ses Oeuvres