Artistes / Bernard ALLIGAND

Artiste-alligand-topElève du peintre Jean-Jacques Deschamps, Bernard Alligand a quitté Angers sa ville natale, il y a une vingtaine d’années, après une formation aux Beaux-Arts et une première exposition personnelle à la Galerie Guémard.

Artiste peintre et graveur contemporain, d´expression abstraite, lyrique, matiériste, Bernard Alligand suit les traces de son questionnement jusqu’à les décliner partout où un commencement de réponse semble se profiler.

Bénéficiant d’une résidence en Alexandrie et trouvant l’inspiration au fil de ses voyages, il prend la peinture à sa source, là où elle est matières, traces, couleurs projetées sur une aire originelle qui naît en même temps que l’œuvre pour la situer et la contenir. Depuis ses débuts, Bernard Alligand a toujours travaillé sur le matériau, non seulement pour tirer de celui-ci la substance de son œuvre, mais aussi pour savoir quelles possibilités ce dernier pouvait lui offrir.

Jean-Pierre Geay dira de son art : « Explorer le matériau suppose également découvrir ses outils et ses moyens d’expression, délimiter son territoire, inventer son langage. Aussi chacune de ses œuvres est-elle tout à la fois une aventure de la matière et un acte de naissance de la peinture : coulées de vagues volcaniques ; lave bleue, jaune, verte, rouge, orange ; magma sombre ou incandescent ; liquidité en cours de cristallisation ; dunes ; déserts ; plissements rocheux ou marneux. »

Il dit d’ailleurs utiliser les couleurs tels des « révélateurs des géographies internes ». Il parvient à une fascinante cristallisation de la lumière en utilisant tout le spectre de la couleur, des bleus les plus transparents aux jaunes les plus intenses. Peignant par strates, nourrissant la toile de fragments de vieux manuscrits, grattant la matière pour faire apparaître les différentes couches, il se qualifie lui-même « d’archéologue à l’envers ». Bernard Alligand est né en 1953 à Angers. Aux Beaux-Arts d’Angers, il s’initie d’abord à l’art graphique puis au modelage. Participant à différents salons en Pays de Loire, de 1979 à 1981, il obtient le prix du jeune peintre angevin en 1980. En 1984, il s’installe à Vence. Dès 1986, il réalise ses premières gravures, puis, grâce à sa rencontre avec Henri Goetz, s’initie à la gravure au Carborundum. A partir des années 90, sa carrière prend une dimension internationale. En même temps que Paris, Lille, Grenoble ou Strasbourg, il expose aussi, entre autres, en Suisse, au Japon, aux États-unis, en Finlande, en Egypte, en Corée…

Artiste pluridisciplinaire, Bernard Alligand crée également des céramiques, des tapis, co-réalise des livres d’artistes, notamment avec Gaston Puel, Michel Butor et Jean-Pierre Geay, son « complice » en poésie.

En 2005, un catalogue raisonné de son œuvre gravée est édité chez Atelier du Mot.

Ses Oeuvres