Artistes / Marcel BOUQUETON

Artiste-bouqueton-topNé en Algérie en 1921, Marcel Bouqueton fait partie de cette génération de peintres (avec Maria Manton, Louis Nallard, Benanteur…) qui tout à la fois s’inscrivirent dans le mouvement des avant-gardes du 20ème siècle, et marquèrent de leur empreinte l’histoire de l’art au Maghreb.

Dans les années 40 et 50, au lendemain d’une époque où l’humanité de l’homme fut remise en question, il explore l’univers de l’abstraction. D’une abstraction d’abord construite et formelle, il se tourne ensuite vers un « paysagisme abstrait », selon Michel Ragon : dans les années 60, il réintroduit les signes visibles des objets et des êtres, dans la sensualité de sa palette lumineuse. A partir des années 70, Bouqueton parvient avec beaucoup de subtilité à allier dans sa peinture l’émotion de la figure et la force de l’abstraction, dans une « représentation humaine », dit-il, « très épurée ».

Pas de thème imposé, le « sujet » est secondaire mais de la couleur avant toute chose ! Dans les années 60, sa palette de jaunes, d’ocres, de bruns et de rouges, d’ors et de bronzes desquels contrastent les gris et les blancs le plaçait déjà dans une « abstraction lyrique » rigoureuse et maîtrisée éminemment poétique qui le place parmi les maîtres de l’Ecole de Paris.

La « sensation colorée » demeure toujours.

Lumière, couleurs…comme le souvenir persistant, ancré au plus profond de la sensibilité, imprimant à jamais la mémoire des couleurs et des lumières de l’Algérie natale. La lumière méditerranéenne de ses toiles solaires exaltent le souvenir des terres algériennes, réinventant sans cesse, non ce qui fut vu mais ce qui fut vécu.

Certains artistes, tel Djilali Kadid, et historiens d’art algériens, comme Nagget Khadda, s’accordent pour voir en lui un « aîné » de la peinture méditerranéenne moderne, émancipée de la représentation naturaliste.

Marcel Bouqueton se forme à L’école des Beaux-arts d’Alger (entre 1938 et 1942) puis de Paris (en 46/47). Après avoir longuement parcouru les terres algériennes, il quitte définitivement l’Algérie en 1953 pour s’installer en banlieue parisienne, mais il y reviendra régulièrement, pour peindre et exposer. Fait Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par André Malraux en 1966, il enseigna à l’Unité Pédagogique d’Architecture de 1969 à 1986.

Marcel Bouqueton est décédé le 11 aout 2006 dans sa maison de Fayence.

Ses Oeuvres