Artistes / Mashi CHANGIZI

Artiste-changizi-topLa passion de la couleur 

La peinture de Mashi Changizi est une peinture  « classique », au sens le plus noble du terme. Car chaque toile résonne de l’écho des plus grands, de Picasso à Cézanne, de Van Dongen à Soutine. Mais que l’on ne s’y trompe pas. Par-delà l’amour de l’artiste pour les maîtres du siècle dernier, se dévoile la force patiente et minutieuse de l’école perse, dont elle est issue, mais aussi un talent de coloriste, un regard sensuel sur les êtres et les choses que l’artiste ne doit qu’à elle-même.

Mashi Changizi est ainsi de ces artistes dont la maîtrise remarquable permet toutes les libertés. Celle de passer du portrait à la nature morte, de l’expressionnisme à la touche fauve. Celle de trouver son propre langage, tout en geste rapide comme un flux de conscience vers la lumière intérieure de ses modèles.

Ses toiles récentes, plus dépouillées, tendent vers un travail épuré sur la force des couleurs et des formes. Et l’impact visuel et esthétique de cette œuvre si sensible n’en est que plus intense encore, dans l’expression renouvelée d’un humanisme presque serein.

Le peintre et son modèle…. rencontre fruit du hasard, du choix, des affinités ? Peut-être, en fait, pour l’un d’une capacité d’ouverture qui laisse fulgurer le noyau caché de sa personne, et pour l’autre, le peintre, de ce terrible et joyeux exercice de la sincérité ressentie qui exprime, dans le tourment des pâtes pigmentées, d’étonnantes manifestations de la vie.

Mashi perçoit l’autre, son alter ego, non pas selon l’apparence, mais comme pourrait le faire un médium, en communiquant avec cette réalité intérieure, chaleur, puissance de vie, qui palpiter la chair, briller les yeux, s’entrouvrir les lèvres. C’est ainsi qu’a travers la peinture de Mashi, l’autre se découvre , tel qu’il ne s’était jamais vu, vivant enfant de la terre, comme moi, comme vous.

Au fil des ans le don du peintre s’affirme, s’exerçant d’une manière de plus en plus dépouillée d’artifice. Le métier, elle le connaît, est remplacé par la maîtrise, cette mystérieuse aptitude à tout sentir, et tout vouloir transmettre, dans un indicible combat avec les supports, les pâtes, les gestes et le temps.

Mashi Changizi est née en Iran. Dès l’âge de 8 ans, elle se passionne pour la peinture et le dessin. Elle fréquente ensuite l’Ecole des Beaux-Arts de Téhéran durant quatre ans, étudiant les grands classiques de la peinture occidentale, en disciple de l’école de Kamal Molk, maître du début du 20ème siècle, appartenant à la dynastie Kacharié.

Au tout début des années 80, elle choisit de venir s’installer en France et commence à y peindre librement.

Vivant et travaillant à Montpellier, elle expose régulièrement en France (Paris, Cannes, Marseille, Arles, Mulhouse, Frontignan, Toulouse, Montpellier… ) et en Europe (Heidelberg en Allemagne, Alicante ou Barcelone en Espagne…)  et a obtenu de nombreux prix.

Ses Oeuvres